SFR Presse
Libération
7 novembre 2018

C’est tout la faute à la gauche

L’arrivée au pouvoir de populistes tels Trump ou Bolsonaro a convaincu des penseurs de «gauche» que leur victoire était due aux avancées de la démocratie. Yascha Mounk, Chantal Mouffe ou Mark Lilla voient dans le peuple, la social-démocratie ou les progressistes les responsables. Ces analyses sont fausses, capitulardes et perverses.

4 min

1 like

Tribune. La victoire de Jair Bolsonaro au Brésil est une terrible démonstration de l’accueil qu’un corps électoral lassé par les vieux partis de gouvernement est prêt à faire à des candidats qui, quelle que soit en réalité leur expérience, donnent l’impression de ne pas appartenir à ce sérail et promettent une autre manière de faire de la politique. Pour ne pas sombrer dans le catastrophisme, il f

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :