SFR Presse
Libération
5 septembre 2018

«Sofia», mère souterraine à Casablanca

Remarqué à Cannes, le premier film de Meryem Benm’Barek dépeint avec force le sexisme et les inégalités sociales au Maroc à travers l’histoire d’un déni de grossesse.

3 min

Elle a le visage fermé et les yeux baissés de celles qui ne suscitent pas l’attention. Elle est d’ailleurs hors champ lors de la première scène du film, un repas de famille et d’affaires cadré en plan fixe d’un peu loin, comme si la caméra était un intrus qui tenait à rester dissimulé. Sofia (merveilleuse Maha Alemi) est quantité négligeable, et quand on lui demande de débarrasser, on ne saisit pa

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :