SFR Presse
Libération
7 mai 2019

«La démarche de Florian Philippot ne visait qu’à sauvegarder son mandat à Bruxelles et son immunité.»

1 min

Que ce soit l’UPR de François Asselineau, Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan ou Les Patriotes de Florian Philippot, aucune des formations dites «souverainistes» ne va faire campagne avec l’aide d’un établissement bancaire français. Chacune s’étant financée via les dons de ses adhérents ou les apports personnels de ses candidats. L’UPR a ainsi mis à contribution ses adhérents dès novembre. R

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :