SFR Presse
Midi Libre
27 novembre 2018

Grandes oreilles occitanes

1 min

Le sismomètre français, qui va écouter battre le cœur de Mars, a d’abord chamboulé celui des ingénieurs et chercheurs toulousains associés au projet. Le Cnes a été retenu, après un appel à projet de la Nasa en 2011, pour fournir SEIS, en collaboration avec l’Institut de physique du globe, de Paris, mais tout n’a pas été simple, une fuite s’étant révélée en 2015 sur le modèle de qualification, qui

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :