SFR Presse
Le Journal du Dimanche
20 janvier 2019

Nous ne voulons pas d’un droit d’abus sexuel

3 min

MESDAMES ET MESSIEURS les membres du Conseil constitutionnel, vous allez examiner une question prioritaire de constitutionnalité visant à abroger la pénalisation des clients-prostitueurs prévue par la loi du 13 avril 2016, c’est-à-dire à rendre de nouveau légal l’achat d’actes sexuels. Nous, les hommes, sommes l’immense majorité des clients de la prostitution. Avant la loi de 2016, nous jouissions

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :