SFR Presse
Le Figaro
7 novembre 2018

Au revoir là-bas

François Aubel

2 min

IL VIENT d’un pays où la plati­tude n’existe pas, le nord de la Lozère, au Malzieu-Forain, qu’il ne faut surtout pas confondre avec Le Malzieu-Ville, à cinq kilomètres de là. En 1 561 jours de sa guerre, Augustin Trébuchon n’a revu qu’une fois son village. L’histoire est souvent ironique : le berger illettré, orphelin et aîné d’une famille de cinq enfants, n’était pas mobilisable. Mais pourquoi ce

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :