SFR Presse
Le Figaro
23 janvier 2019

James Kelman, le punk écossais

PORTRAIT  À soixante-douze ans et malgré un Booker Prize, l’écrivain rugueux irrite la critique de son pays. Rencontre.

Alice Develey

4 min

Alice Develey
Alice Develey

On imagine un punk, littéralement un « People Under No King », avec un pétard à la place des cheveux, un pantalon déchiré et des tatouages pour chemise. Depuis 1994, la réputation de James Kelman le précède. « Anarchiste », « sauvage illettré »… Cette année-là, quand l’auteur a reçu le Booker Prize pour son livre Si tard, il était si tard, les lavandières du monde littéraire se sont pincé le nez.

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :