SFR Presse

L'ombre de la séparation

3 min

COMORES. Organisée ce dimanche, l'élection présidentielle fait ressurgir les vieux démons du séparatisme. Chapelet en main, Farouk fulmine : "Il se fout de nous!" Il égrène les raisons de sa colère contre le président comorien Azali Assoumani. La liste est si longue qu'aujourd'hui, ce fonctionnaire de l'île d'Anjouan ira voter avec la ferme intention de l'envoyer à la retraite. L'ombre a ramené un

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :