SFR Presse
Nice Matin
24 mai 2020

Le culte musulman préfère patienter encore un peu

G. L.

1 min

G. L.
G. L.

La décision du ministère de l’Intérieur est intervenue à la veille de la rupture du jeûne du mois sacré du ramadan, ce dimanche. Alors même que l’Aïd-el-Fitr est une fête essentielle pour le culte, Boubekeur Bekri, vice-président du conseil régional du culte musulman en Paca, préfère ne pas brusquer les choses : le Covid-19 rôde encore. « Même après cette décision, pas question de chercher une sol

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :