SFR Presse
L'Équipe
1 février 2019

Alaphilippe, brûlant d'entrée

DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL,GAÉTAN SCHERRER,SAN JUAN (ARG) – Le soleil écrasant qui a calciné les bras et la bouille de Remco Evenepoel dès son premier jour chez les pros ne semble pas gêner son équipier Julian Alaphilippe. Le meilleur grimpeur de la dernière Grande Boucle affiche une forme étincelante pour sa course de reprise.,Le Français a placé sa première banderille de l’année, lundi à trois kilomètres de la ligne. En maintenant son effort sur la digue, il a résisté au retour des sprinteurs. « Quand j’ai vu que j’étais tout seul, j’ai un peu halluciné, expliquera-t-il après coup. C’est la première fois que je gagne de cette manière, en finissant avec le peloton juste derrière moi. » Le lendemain, rebelote : sur un chrono de douze kilomètres « interminable, tout ce que je n’aime pas, un aller-retour sans bosse avec un seul virage », il a explosé les compteurs : « Pas de chichis : il fallait lutter contre la douleur, dépasser sa limite et y rester ».

2 min

Vainqueur de deux étapes dans le Tour de San Juan, le Français est « sincèrement surpris » d’une telle condition physique. Coupure salvatrice Janvier est à peine fini qu’Alaphilippe affiche déjà une certaine plénitude. « Il est très chaud d’entrée, sourit Rudy Barbier (Israel Cycling Academy), le seul autre français au départ. Il est tellement complet. Il va en claquer encore beaucoup comme ça. »

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :