SFR Presse
Libération
4 août 2019

Suicide, fils de brut

Réédité en vinyle dans sa version originale de 1977, le premier album des New-Yorkais demeure, quarante-deux ans plus tard, toujours aussi incisif et disjoncté. Retour avec Martin Rev, moitié survivante du duo, sur la génèse apocalyptique de ce chef-d’œuvre.

6 min

Un flux sanguin de synthés qui grésillent à tombeau ouvert, avec par-dessus la voix suppliciée d’un Ghost Rider qui hoquette un rock’n’roll primal ressorti des tréfonds de l’enfer. Noël 1977, Elvis Presley n’est pas refroidi depuis six mois qu’une version zombie radioactive du King s’offre avec prudence aux pieds des sapins : le premier album du duo new-yorkais Suicide. Le nom du groupe n’est pas

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :