SFR Presse
L'Union
24 juin 2019

Encore un long chemin pour les femmes violées

L'éditorial de Grégoire Amir-Tahmasseb

2 min

L'éditorial de Grégoire Amir-Tahmasseb
L'éditorial de Grégoire Amir-Tahmasseb

Voilà un sondage qui fait froid dans le dos. Et surtout qui montre que les mentalités, que l’on pensait évoluer dans le bon sens, régressent en fait d’une façon plus qu’inquiétante : pour 42 % des Français, la responsabilité d’un violeur est ainsi atténuée si la victime a eu une « attitude provocante » en public. Qui plus est, si cette victime a eu le malheur d’avoir déjà eu des relations sexuelle

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :