SFR Presse
Sciences et Avenir
25 septembre 2019

Le monstre du Loch Ness ne serait qu'une grosse anguille

1 min

CRYPTOZOOLOGIE S'il existe, le monstre du Loch Ness a bien dû laisser une trace : c'est ce que s'est dit le généticien Neil Gemmel, de l'université d'Otago (Nouvelle-Zélande) avant de partir prélever 250 échantillons d'eau du lac. Après analyse ADN, pas de trace de reptile du jurassique, mais une quantité significative de marques d'anguille. Conclusion du chercheur : « La quantité fait qu'on ne pe

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :