SFR Presse
La Voix du Nord
4 décembre 2019

FROID HIVERNAL

1 min

Je suis né en 1937. J’avais cinq ou six ans, c’était la guerre. L’hiver, on se réveillait avec de jolies rosaces de givre sur les vitres de la fenêtre. Si le « flou » (poussières de charbon) n’avait pas brûlé trop vite ou s’il ne s’était pas éteint, la bouilloire sur la platine gardait une eau tiède qui nous permettait de ne pas nous laver à l’eau froide. À l’école, le poêle Godin commençait à réc

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :

Sur le même thème