SFR Presse
Le Parisien
18 février 2019

Pas de sport après un infarctus

1 min

Une étude publiée jeudi sur les maladies chroniques (asthme, diabète, dépression, cancer…) montre les vertus de l’activité physique et préconise de la prescrire de façon systématique et le plus tôt possible. Pour les infarctus, le réentraînement à l’effort, dans le cadre d’un programme adapté, fait baisser de 26 % la mortalité.

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :