SFR Presse
Le Figaro
5 février 2020

Un deuxième sexe coréen

CHO NAM-JOO  Dans son roman, l’auteur démonte la mécanique bien rodée d’une société qui broie petites et grandes filles.

Alice Develey

2 min

C’EST L’HISTOIRE d’un pays qui n’aime pas les femmes. En ­Corée du Sud, dans les années 1980, « avoir une fille constitue une raison médicale pour pratiquer l’IVG ». Il faut « avoir au moins quatre fils » pour manger un bon repas et dormir dans une chambre bien chauffée. Alors, si bébé de sexe féminin il y a, on le rentabilise. Comme une éponge qu’on userait jusqu’à la mousse, on s’en sert pour to

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :