SFR Presse
Libération
11 septembre 2018

«Si l’Iran décide de commencer à produire massivement de [nouvelles] centrifugeuses, nous serons prêts.»

1 min

Alors que l’accord sur le nucléaire est dans un état de quasi-mort clinique après le rétablissement de sanctions contre l’Iran par les Etats-Unis, Ali Akbar Salehi a menacé de reprendre des activités d’enrichissement. L’accord, signé en 2015, les encadrait drastiquement, limitant tant le nombre de centrifugeuses que leur capacité technique. «Si nous devons faire marche arrière et nous retirer de l

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :