SFR Presse
L'Équipe
23 mai 2019

La surfertilisation à l’azote, l’autre pratique limite

1 min

Plus de 1 000 tonnes par an au Parc des Princes, 800 kilos au Stade de France, 500 kilos au Groupama Stadium (Décines) ou au Matmut-Atlantique (Bordeaux) : ce sont les quantités d’azote utilisées comme fertilisant dans ces stades. Gilles Billen, directeur de recherche au CNRS, est « frappé par le caractère tout à fait excessif » de ces chiffres. « La dose habituelle de fertilisation d'une culture

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :