SFR Presse
Libération
13 août 2019

Le happy end ou l’art de ne rien divulgâcher

Depuis le Festival de Cannes, Tarantino demande à la presse de ne pas spoiler son film, dont toute la dramaturgie repose en effet sur un coup de théâtre final. Analyse.

6 min

«Je demande simplement que tout le monde évite de révéler quoi que ce soit qui priverait les futurs spectateurs», admonestait Tarantino à Cannes, l’air menaçant pour les désobéissants. Rompre dans ses colonnes le pacte de silence auquel l’industrie veut lier sa publicité, grande pompe répétitive et embargos VIP, en signifiant à la presse de la fermer, c’est doubler la transgression du film, le bla

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :