SFR Presse
Le Figaro
28 novembre 2018

Les gendarmes travaillent à établir la preuve par l’odeur

Après l’ADN et les traces digitales, un projet innovant d’« empreinte olfactive » permettra bientôt d’identifier un suspect.

Christophe Cornevin

3 min

Christophe Cornevin
Christophe Cornevin

SÉCURITÉ Confondre un suspect grâce à son odeur, comme une irréfutable signature chimique corporelle. Loin d’être une idée folle servant de trame à une fiction futuriste digne de Philip K. Dick, cette hypothèse de travail est prise très au sérieux par l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) de Pontoise. Dans leur laboratoire encombré par de savantes machines capable

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :