SFR Presse
Libération
12 juillet 2019

Apollo : des échantillons de géant pour l’humanité

Des kilos de roche prélevés, des relevés sismologiques, des mesures laser… Lancé pour faire la nique aux Soviétiques, le programme spatial américain a tout de même permis à la science d’immenses avancées en seulement trois ans d’activité.

6 min

«Apollo 11 a atterri dans la région la plus sûre de la Lune. C’était probablement aussi l’endroit le moins intéressant qu’on pouvait choisir.» John Logsdon, historien de la conquête spatiale américaine, résume bien l’intérêt scientifique de la première mission qui a emmené l’homme sur la Lune : proche de zéro. Seuls comptaient la promesse de Kennedy en 1962 - «Nous avons choisi d’aller sur la Lune

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :