SFR Presse
Le Figaro
26 novembre 2018

Ni ultradroite ni   ultragauche chez les manifestants gardés à vue

Jean-Marc Leclerc Stéphane Durand-Souffland

3 min

2 likes

AUCUN des gardés à vue arrêtés ce week-end à Paris lors de la fronde des « gilets jaunes » n’était fiché, que ce soit à l’ultragauche ou à l’ultradroite. L’ordre public décidément n’est pas une partie de poker. Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, avait cru voir la main de l’extrême droite derrière ce mouvement. Son collègue Gérald Darmanin avait même parlé de « peste brune ». Des ima

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :