SFR Presse
Sud Ouest
12 septembre 2018

Les ex-prisonniers basques n’aiment pas être fichés

1 min

Le procureur de Bayonne a requis hier une amende d’au moins 800 euros à l’encontre d’un ancien prisonnier basque, poursuivi pour ne pas avoir communiqué son adresse à la gendarmerie, comme l’y oblige depuis 2016 son inscription au Fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions terroristes (Fijait). Créé dans la foulée de la loi relative au Renseignement votée en 2015, le nouveau

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :