SFR Presse
Le Figaro
16 octobre 2018

Après dix-huit mois, qui sont les « décrocheurs » du macronisme ?

La chute du chef de l’État dans l’opinion s’est faite en trois temps : d’abord la perte des classes populaires, dès l’été 2017, puis celle des retraités, puis, depuis cette rentrée, celle des jeunes.

Pascal Perrineau

4 min

PRÉSIDENCE Comme tous ses prédécesseurs immédiats, Emmanuel Macron a connu une érosion rapide et importante de sa popularité. En seize mois, le pourcentage de celles et ceux qui se déclarent « satisfaits d’Emmanuel Macron comme président de la République » (Ifop) est passé de 62 % en mai 2017 à 29 % en septembre 2018.Cette érosion de 33 points est certes inférieure à l’effondrement qu’avait connu

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :