SFR Presse
Le Figaro
25 octobre 2019

Pas d’embouteillages chez les fourmis

Contrairement à l’homme, elles parviennent à maintenir leur vitesse quand la densité de circulation est forte.

Jean-Luc Nothias

3 min

Jean-Luc Nothias
Jean-Luc Nothias

MYRMÉCOLOGIE Troupeaux, essaims, volées, bancs… Le mouvement collectif est le propre du règne animal. Mais il est le plus souvent unidirectionnel. La fourmi et l’homme partagent la capacité de se déplacer bidirectionnellement, en empruntant en même temps plusieurs « routes » allant dans des sens opposés. Et ces hyménoptères ont sur nous l’avantage de pouvoir circuler, même à forte densité (plusie

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :