SFR Presse
Le Figaro
3 décembre 2018

Dans l’atelier du compositeur

Thierry Hillériteau

2 min

Conservateur et archiviste paléographe, Mathias Auclair a pris en 2016 la tête du département musique de la BnF : l’un des temples de la recherche musicologique en France. Il nous explique pourquoi conserver des partitions autographes. LE FIGARO. - Les partitions manuscrites sont-elles le seul trésor musical de la BNF ? Mathias AUCLAIR. - Non. Le fonds du département musique s’est constitué dan

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :

Sur le même thème