SFR Presse
Le Figaro
26 juin 2020

Au Havre, Philippe n’a pas le droit à l’erreur

Pierre Lepelletier

1 min

UN PROCHE de Jean-Paul Lecoq savoure : « Ils ne sont pas très sereins en face. » Et pour cause, son adversaire joue gros dimanche au Havre. Arrivé en tête le 15 mars, Édouard Philippe n’avait pas recueilli assez de voix (43,59 %) pour s’éviter un second tour. Ces dernières semaines, il a donc été contraint de redescendre dans l’arène pour faire face au communiste. Un duel de tous les dangers pour

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :