SFR Presse
Libération
11 juin 2019

Un havre de paix de Yona Rozenkier (1 h 31).

1 min

Un havre de paix nous administre des doses expérimentales de violence pure et nous laisse nous en débrouiller, pour voir : le spectateur sert ici de cobaye à la fiction, ou l’autofiction, de quelqu’un qu’il n’a pas envie de connaître, et se retrouve pris malgré lui dans la dispute d’une famille dont les secrets sont mis sur la table, forcé d’éprouver, à l’unisson des personnages, le syndrome post-

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :