SFR Presse
La Dépêche du Midi
22 septembre 2018

Réseaux asociaux

2 min

Attention danger. Lorsqu’on en vient à filmer un crime et à diffuser les images sur les réseaux sociaux, nous atteignons forcément les limites de l’abjection. Comme si le viol collectif commis l’autre jour en banlieue toulousaine par quatre salopards ne suffisait pas, l’un d’eux a décidé de filmer la scène de crime et de la diffuser sur Snapchat. Circonstance aggravante pour un crime aussi grave.

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :