SFR Presse
Le Figaro
6 août 2019

Portrait d’« Une grande fille » en feu

CINÉMA Prix de la mise en scène à Un certain regard au Festival de Cannes en mai dernier, ce film russe plonge dans le Leningrad d’après-guerre. Attention chef-d’œuvre.

Eric Neuhoff

2 min

Eric Neuhoff
Eric Neuhoff

L’écran est noir. On entend comme des sanglots retenus. Tel est le début d’Une grande fille, qui vous saute à la gorge dès la première image. Iya est blonde. Elle a des crises de tétanie. Comme elle est grande, on la surnomme la Girafe. Masha est brune. Elle saigne du nez. Elles se retrouvent dans le Leningrad de l’immédiat après-guerre. Masha était restée sur le front. En ville, Iya était censée

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :