SFR Presse
Libération
11 novembre 2018

Cyberattaques : Paris et Moscou en tête à tête

Contrairement aux Etats-Unis, la France évite de désigner publiquement la Russie comme instigatrice d’attaques majeures et privilégie la discrétion et le dialogue.

3 min

1 like

Deux salles, deux ambiances. Le 4 octobre, le Royaume-Uni, l’Australie, le Canada et les Pays-Bas lancent un tir croisé contre le service de renseignement militaire russe, le GRU, en le désignant comme responsable d’une série d’attaques informatiques survenues ces dernières années ; le même jour, les Etats-Unis annoncent avoir inculpé sept agents russes, accusés du siphonnage de plusieurs instance

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :