SFR Presse
Le Figaro
31 mai 2019

Les très riches heures d’un grand taciturne

PORTRAIT Qui était celui qu’Alfred Jarry surnommait « celui qui silence » et que Mallarmé considérait comme l’un des critiques « les plus subtils et des plus aigus » ? Avant tout un homme épris de liberté.

Eric Biétry-Rivierre

4 min

Le crâne rond, les lèvres rases, la barbiche en palmette incurvée, savez-vous à quoi cela fait penser ! Au chapiteau égyptien et lotiforme dont le moulage nous vient de Médinet Habou. La barbiche, le nez, les yeux, les arcs des sourcils hiéroglyphiques en diable. » Dans ses Souvenirs sans fin, le poète et critique d’art André Salmon suggère à qui voudrait décrire son aîné Félix Fénéon qu’il devra

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :