SFR Presse
Libération
2 novembre 2018

La chair de sa chair

2 min

D’un nez probablement trop secoué à une bouche entrebâillée en un cri muet s’écoule un flot vermillon, le résultat d’une chute ou d’une bataille, sang de moussaillon qui s’étend pleinement sur le corps blanc profane d’Emmett. Le fluide, qui pourrait aussi bien être un simulacre acrylique, lui confère alors une aura, comme une noblesse guerrière, fragile et éphémère. Le bambin en profite, retrousse

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :

Sur le même thème