SFR Presse
Le Figaro
25 juin 2020

Le président kosovar rattrapé par son passé et par la justice internationale

Hashim Thaçi, qui dirigea l’UCK, est accusé de crimes de guerre et de crimes contre  l’humanité.

Cubrilo, Milica

3 min

Cubrilo, Milica
Cubrilo, Milica

JUSTICE L’épée de Damoclès, suspendue depuis des années, est tombée. Hashim Thaçi, président du Kosovo depuis 2016, Kadri Veseli, son bras droit et chef du Parti démocratique du Kosovo (PDK), ainsi que « d’autres personnes », sont accusés de « crimes de guerre et crimes contre l’humanité, y compris le meurtre, la disparition forcée, la persécution et la torture », commis à l’encontre de près de ce

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :