SFR Presse
Le Figaro
11 avril 2019

« “Guernica” ? C’est Madrid qui en tire les bénéfices »

INTERVIEW Rencontre au Pays basque espagnol avec Luis Iriondo, 96 ans, béret et canne sculptée de rigueur. Il est l’un des derniers survivants du bombardement de 1937.

Eric Biétry-Rivierre

3 min

1 like

INTERVIEW Rencontre au Pays basque espagnol avec Luis Iriondo, 96 ans, béret et canne sculptée de ri­gueur. Il est l’un des derniers survivants du bombardement de 1937. LE FIGARO. - Quels souvenirs conservez-vous du martyre de Guernica ? Luis IRIONDO. - J’avais 14 ans. Comme mon école avait été transformée en caserne, je venais de prendre un petit boulot à la banque. Cet après-midi-là - le 26 avr

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :