SFR Presse
Pianiste
18 février 2020

d'Erik Orsenna Danse pour adultes consentants

2 min

Travaillant la valse posthume en la mineur de Chopin, je me désespérais et, une fois de plus vieil enfant ingrat, je maudissais mes parents : s’ils m’avaient posé à trois ans devant un piano, je n’aurais pas ces doigts si gourds, ce toucher si pesant, cette incapacité de faire chanter, cette lenteur qui ne permet pas à la mélodie de s’extirper de la gangue note à note. Alors, avant de repartir à l

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :