SFR Presse
Le Figaro
11 novembre 2019

Avec la démission d’Evo Morales, la Bolivie s’enfonce dans l’inconnu

Sous la pression des manifestants et de l’armée, le président a fini par renoncer au pouvoir dimanche soir. En attendant une nouvelle présidentielle, les opposants continuent de tenir la rue, ajoutant à la confusion.

Pauline Fréour

3 min

Pauline Fréour
Pauline Fréour

AMÉRIQUE LATINE D’abord, les slogans victorieux : « On a réussi, on l’a sorti. » Suivis, rapidement, d’un appel à garder la tête froide : « La grève générale continue. » Passé l’euphorie d’avoir obtenu la démission du président Evo Morales dimanche, les manifestants qui bloquent les routes de ­Bolivie depuis près de trois semaines, pour contester le déroulement des élections du 20 octobre, sont dé

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :