SFR Presse
Midi Libre
29 septembre 2019

Un meurtrier que l’Église veut béatifier

3 min

« Plus que cinq heures à vivre ! Dans cinq heures, je verrai Jésus ! » Dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 1957, Jacques Fesch, 27 ans, écrit les derniers mots de sa courte vie. À 5 h 21, dans la cour de la prison de la Santé, il est guillotiné, conformément au verdict de la cour d’assises de la Seine, qui l’a condamné à mort le 6 avril de la même année. Trois ans plus tôt, ce fils de ban

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :