SFR Presse
Le Figaro
20 juin 2019

L’espion russe qui aimait l’Amérique

Retour sur le destin d’Oleg Penkovsky qui aida Kennedy à gérer la crise de Cuba.

Blaise De Chabalier

1 min

Blaise De Chabalier
Blaise De Chabalier

C’est en ami que je viens, un ami devenu votre soldat (…) qui se bat pour l’idéal d’un monde libre. » Ainsi s’exprime Oleg Penkovsky dans la lettre qu’il remet à deux étudiants américains choisis au hasard dans la rue, à Moscou, le 12 août 1960. Ce colonel soviétique leur demande de porter la missive à l’ambassade des États-Unis. L’extraordinaire destin de celui qui deviendra l’un des plus grands

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :