SFR Presse
La Voix du Nord
14 août 2019

Un Tarantino mélancolique

2 min

Oublions l’agitation insensée de Cannes. Revenons à ce qui fait l’essence de ce film labyrinthique, l’un des plus attendus de l’année : le cinéma. Et gardons en tête qu’il est signé par un réalisateur qu’on résume trop souvent à ses fulgurances violentes mais qui accumule depuis près de trente ans des œuvres dont l’envergure se déploie rarement à la vision initiale. À première vue, Once Upon a Tim

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :