SFR Presse
Libération
2 septembre 2018

Pékin veut un rap sans dérapages

Après l’énorme succès en 2017 du télé-crochet «China Has Hip Hop», les autorités entendent juguler ce courant musical «décadent». Tatouages interdits et paroles à la gloire du Parti sont les ornières imposées à une scène émergente, notamment au Sichuan.

6 min

L’année 2017 a été fabuleuse pour le rap chinois, un millésime exceptionnel qui aurait dû marquer un tournant dans son développement, si les autorités n’en avaient pas décidé autrement. L’émission China Has Hip Hop, sorte de Nouvelle Star locale diffusée l’an dernier en streaming, a connu un succès national. Quelque 100 millions de personnes devant le premier épisode (et par la suite 2,94 milliard

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :