SFR Presse
Le Figaro
9 juillet 2019

Une très tendre correspondance

Alice Develey

2 min

Alice Develey
Alice Develey

La première fois que Virginia vit Vita, elle la trouva franchement « rougeaude ». Et « moustachue ». Mais il faut bien l’avouer, à ses côtés, elle se sentit toute chose. « Quand je la regarde, je me sens vierge, timide, semblable à une écolière… C’est un grenadier ; elle est dure, belle, virile… », nota l’auteur dans son Journal. Ce je-ne-sais-quoi est partagé. « J’adore tout simplement Virginia…

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :