SFR Presse
L'Express
18 décembre 2018

A chacun ses radicaux

A. V.

1 min

Le ministère de l’Intérieur met la dernière main à une circulaire visant à mieux répartir entre ses services le suivi des personnes soupçonnées de radicalisation islamiste. A la DGSI, le « haut du spectre », c’est-à-dire les profils les plus sensibles. Au Service central du renseignement territorial et à la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris, la catégorie intermédiaire.

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :