SFR Presse

Le tyran domestique s’enfonce à l’audience

1 min

SAINT-ANDRÉ. "C’est bien que votre client s’exprime, on comprend mieux sa personnalité", lance en fin d’audience le président, à propos de Jonathan Cazal. À entendre ce dernier, les coups que reçoit sa femme en plein visage sont justifiés. "C’est mon éducation, il faut marcher droit. Si elle est pas comme ça, je suis comme ça", calme fièrement le mis en cause, absolument pas décidé à se remettre e

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :