SFR Presse
Le Parisien
3 juin 2019

« Derrière les tirs, il y a des ordres »

Des Gilets jaunes mutilés ont défilé hier à Paris. Ils dénoncent l’utilisation des LBD et des grenades explosives et la stratégie de maintien de l’ordre.

Timothée Boutry

2 min

Ils ont perdu un œil, une main ou certaines fonctions cérébrales, comme Martin, 51 ans, qui souffre de « troubles de la mémoire, de la concentration et de l’humeur » après avoir reçu un tir de lanceur de balles de défense (LBD) dans le front le 12 janvier à Nîmes (Gard). Depuis, leur vie est en pointillé, rythmée par les rendez-vous médicaux et les coups de déprime. Au pied d’une banderole représe

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :