SFR Presse
Libération
7 août 2018

Ariel, Adrian, etc.

Des maris, des amants, des bambins, l’enfance joyeuse de Marcela Iacub.

4 min

Au cœur de l’été, des écrivains dressent le portrait de leur premier amour. Aujourd’hui, Marcela Iacub, 54 ans. Dernier ouvrage paru : le Che, à mort (Robert Laffont, 2017). Il avait 3 ans et il s’appelait Ariel, comme la lessive que l’on trouve en France dans n’importe quel supermarché. Mais cette marque n’existait pas en Argentine de sorte que mon Ariel ne me faisait pas songer au parfum qu’ont

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :