SFR Presse
Libération
11 août 2019

Quand l’antidopage français joue avec la loi

L’ordonnance du 19 décembre conférant le pouvoir de sanction des fédérations sportives à l’Agence française de lutte contre le dopage n’a toujours pas été ratifiée par le Parlement. Un flou juridique qui pourrait permettre à l’athlète Clémence Calvin, suspendue après un contrôle inopiné en mars, de contester cette décision.

3 min

Et si l’affaire de la marathonienne Clémence Calvin s’effondrait pour vice de procédure ? Cette issue est loin d’être improbable en raison de l’imbroglio sur la ratification de l’ordonnance du 19 décembre 2018 «relative aux mesures relevant du domaine de la loi nécessaires pour parfaire la transposition en droit interne des principes du code mondial antidopage», et modifiant le code du sport… L’or

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :