SFR Presse
Le Figaro
19 mai 2019

Casse-tête chinois

EN COMPÉTITION « Le Lac des oies sauvages » de Diao Yinan prouve que le polar n’est pas mort.

Etienne Sorin

2 min

Etienne Sorin
Etienne Sorin

À Cannes, le crime paie. Les Siffleurs, du Roumain Corneliu Porumboiu (lire ci-contre), et Le Lac aux oies sauvages, du Chinois Diao Yinan, prouvent que le polar n’est pas mort. Le cadavre bouge encore. Ces deux œuvres puissantes rappellent que le genre vaut toutes les enquêtes sociologiques pour disséquer un pays, une société. On le savait déjà mais les deux cinéastes, à quelques milliers de kilo

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :