SFR Presse
Libération
21 juin 2019

Mahi Binebine, l’art de la fougue

Ode au féminisme des Marocaines

2 min

«Une drôle d’histoire que la mienne. Improbable et tragique, comme le sont souvent les histoires de chez nous», annonce Hayat («la vie», en arabe), la narratrice, qui se fait l’écho de ces femmes aussi adulées que méprisées, souvent au ban de leur famille et de la société : les «sheikhates», artistes populaires qui chantent sur un ton décomplexé et dansent avec fougue, si bien qu’elles sont suspec

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :