SFR Presse
Le Figaro
15 février 2019

« J’ai pris mon père sur mes épaules » : quel fardeau !

THÉÂTRE  Au Rond-Point, à Paris, Rachida Brakni, Philippe Torreton et d’autres se sont laissé embarquer dans un spectacle trop long. Avec un texte à la fois très faible et assez prétentieux.

Armelle Héliot

2 min

Armelle Héliot
Armelle Héliot

On suit le parcours de Fabrice Melquiot depuis ses tout débuts. On a souvent loué son originalité, son goût pour un théâtre qui s’ancre dans la réalité, mais qu’une imagination singulière irise d’éclats uniques. On a rarement été déçu. Mais avec J’ai pris mon père sur mes épaules, on est franchement désolé. Ce « mélodrame épique », ainsi qu’il sous-titre la pièce, est une commande d’écriture d’Ar

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :